Le livre face au piège de la marchandisation

L'appel des 451 pour agir et sauver l'édition


"ce que nous produisons, partageons et vendons est avant tout un objet social, politique et poétique. Nous tenons à ce qu'il reste entouré d'humains"


Nous, le collectif des 451 professionnels de la chaîne des métiers du livre, avons commencé à nous réunir depuis quelque temps pour discuter de la situation présente et à venir de nos activités. Pris dans une organisation sociale qui sépare les tâches, partis d'un sentiment commun - fondé sur des expériences diverses - d'une dégradation accélérée des manières de lire, produire, partager et vendre des livres, nous considérons aujourd'hui que la question ne se limite pas à ce secteur, et cherchons des solutions collectives à une situation sociale que nous refusons d'accepter.

L'industrie du livre vit en grande partie grâce à la précarité qu'acceptent nombre de ses travailleurs, par nécessité, passion ou engagement politique. Pendant que ceux-ci s'efforcent de diffuser des idées ou des images susceptibles de décaler nos points de vue sur le monde, d'autres ont bien compris que le livre est surtout une marchandise avec laquelle il est possible d'engranger des profits conséquents.

Pour lire la suite de l'article, c'est ici.
Et pour en savoir plu sur les 451, .

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire