des bons livres pour une bonne année !


Les filles de l'ouragan, Joyce Maynard
éditions Philippe Rey, 2012

330 PAGES - 20€
9782848761992

Elles sont nées le même jour, dans le même hôpital, dans des familles on ne peut plus différentes, 9 mois après une mémorable nuit d’ouragan.
Ruth, la fille de fermiers, est une artiste, une romantique, avec une vie imaginative riche et passionnée. Dana, née dans une famille plutôt bohème, est une scientifique, une réaliste, qui ne croit que ce qu’elle voit, entend ou touche. Et pourtant ces deux femmes si dissemblables se battent de la même manière pour exister dans un monde auquel elles ne se sentent pas vraiment appartenir. Situé dans le New Hampshire rural et raconté alternativement par Ruth et Dana, Les Filles de l’ouragan suit les itinéraires personnels de ces deux « sœurs de naissance », des années 1950 à aujourd’hui.
C’est une question universelle déjà maintes fois évoquée par la littérature que celle de ce roman : qui suis-je vraiment, et comment me faire accepter par les miens telle que je suis  
? Mais Joyce Maynard la renouvelle et brode une belle histoire à deux voix qui sonnent juste, avec des personnages aussi touchants que ceux de son « Long week-end ». Elle y ajoute un suspens lié au secret de la naissance de ces deux femmes, secret qui pèse sur elles tout au long de leur vie. La légèreté de l’écriture et le rythme des narrations entrecroisées permettent à l’auteur d’aborder de nombreux thèmes de société sans alourdir le récit de ce qui est avant tout un beau roman sur la quête de soi.



Une seconde vie, Dermot Bolger
éditions Joelle Losfeld, 2011

257 PAGES - 21€
9782072449857

Sean Blake réchappe de justesse à un accident, à la suite duquel il a été déclaré cliniquement mort pendant quelques secondes. A son réveil, bouleversé, sa vision du monde a complètement changé ; il se sent incapable de reprendre simplement le cours de sa vie, pourtant heureuse. Avec le sentiment d’être devenu étranger à lui-même, il ressent le besoin de partir à la recherche de sa mère, qui l’a abandonné à la naissance. Sean a été adopté par un couple qui l’a aimé, sa vie a été plutôt heureuse, il a un bon métier, il aime sa femme et ses deux enfants. Mais tout cela ne lui suffit plus : connaissant la vérité de sa naissance depuis longtemps, il ressent maintenant le besoin de partir à la recherche de cette femme qui lui a donné la vie et qui a été forcée de l’abandonner. Il ne sait rien d’elle, mais il pressent que, comme beaucoup d’autres jeunes femmes de cette époque, elle n’a pas eu le choix : le poids de l’Eglise et de la société a longtemps été trop fort pour que les filles, ou même les familles, puissent s’y soustraire. A travers son cas particulier, Sean découvre la réalité terrible de ces adolescentes irlandaises brisées par une société puritaine et violente, qui a été évoquée au cinéma dans le très beau et douloureux Magdalene Sisters.
Après le très beau Toute la famille sur la jetée du paradis, maintenant en Folio, un nouveau livre bouleversant de cet auteur irlandais à suivre.


Le lieutenant, Kate Grenville
éditions Métailié, 2012

239 PAGES – 20,50€
9782864248521

Après Le fleuve secret, déjà traduit chez Métailié,  Kate Grenville continue à explorer les rapports entre anglais « civilisés » et aborigènes « sauvages » lors de la colonisation de l’Australie. Sans porter de jugement de valeur sur les uns et les autres, elle montre subtilement comment ces rapports sont biaisés d’entrée par les présupposés du colonisateur, forcément porteur de valeurs « supérieures ».
A partir de l’histoire vraie d’un lieutenant de l’armée royale et astronome envoyé en Nouvelle-Galles du Sud en 1786, et qui a tenu son journal, elle tisse un roman de l’amitié, de la tolérance et de la découverte de la nature immense.


La tristesse du samouraï, Victor Del Arbol
Actes Sud, 2012

350 PAGES – 22,50€
9782330002251

Comme son nom ne l’indique pas, « la tristesse du samouraï » est un roman policier espagnol qui s’étend de la guerre civile aux années 80, et nous tient en haleine dans un suspens hallucinant, violent et désespéré. Ou comment le crime originel d’un homme et la faiblesse d’un autre rejaillissent sur leurs descendants. Comme si on ne pouvait rien faire contre le destin et la reproduction des situations sociales. Un polar très noir et très fort sur les dégâts du fascisme et de la soif de pouvoir.


Un homme de tempérament, David lodge
éditions Rivages, 2012

706 PAGES – 24,50€
9782743622916

Après avoir refermé ce gros roman de David Lodge, on n’a qu’une envie : relire les romans de H.G. Wells, cet auteur britannique fervent défenseur de l’amour libre et des valeurs du socialisme. David Lodge bâtit son roman principalement autour de ces 2 composantes de la personnalité de Wells et il s’en donne à cœur joie pour dépeindre la société anglaise au tournant des 19ème et 20ème siècles : une société puritaine et hypocrite, des intellectuels engagés mais jamais au point de risquer une véritable remise en cause du système qu’ils dénoncent, une vie littéraire sclérosée et bien pensante. On se régale de lire ce qui semble avoir été écrit avec un constant sourire un peu désabusé et un clin d’œil amusé de Lodge.


Le retour de Silas Jones, Tom Franklin
éditions Albin Michel, 2012

385 PAGES – 22,90€
9782226238429

Dans le Mississippi des années 70, malgré leur différence de classe sociale et de couleur de peau, Silas et Larry sont devenus amis, jusqu’à ce que la disparition d’une jeune fille et la mise en accusation de Larry viennent bouleverser leurs existences. 20 ans plus tard, Silas revient au pays et enquête sur une nouvelle disparition, dont on accuse de nouveau Larry.
Entre polar et roman noir, Tom Franklin dresse un portrait du Sud américain qui reste marqué par la violence de la ségrégation raciale. Par petites touches, il met en scène toute une galerie de personnages secondaires qui concourent à dresser un tableau actuel en noir et blanc d’une réalité pesante, où les questions d’identité et de liberté individuelle sont très présentes.

...et bonne année bien sûr !!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire